Pourquoi vous devez suivre votre propre « voyage du héros »

Je vais vous dévoiler une partie de ma vie que peu de gens connaissent. Une partie de mon « voyage du héros ».

Vous voyez, l’évènement qui a apporté le plus de changements dans ma vie ne provient pas de quelque chose de positif, mais d’un drame.

Un accident dont j’étais la cause. J’étais au volant avec quelques grammes d’alcool dans le sang. J’étais fou, insouciant. C’était il y a bientôt 4 ans.

Dans le contexte du pays où je vis, je pouvais me considérer comme faisant partie de la jeunesse dorée. A 22 ans, je venais de décrocher un contrat à 5 chiffres chez un éditeur Suisse.

Dans un coin de ma tête, j’avais mes lectures sur le développement personnel qui m’envoyaient des messages. Mais vous l’aurez deviné, l’arrogance a pris le dessus.

Ce que je vais vous avouer pourrait vous choquer : J’embrasse cet accident de tout mon être. J’en suis pleinement reconnaissant.

Vous comprendrez pourquoi.

Au fur et à mesure que le temps passait, je me suis rendu compte que ma vision de la vie rejoignait celle d’un homme qui est non seulement le mentor de George Lucas (le créateur de Star Wars), mais aussi l’un des plus brillants penseurs sur l’Art de Vivre, j’ai nommé Joseph Campbell.

Voici sa philosophie :

"Voyage du Héros"

Suivez, VOTRE, félicité.

Voici pourquoi ce que je vous ai raconté plus haut rejoint cette philosophie :

J’ai suivi MA félicité. Et dans MA félicité se trouvent des évènements qu’on peut qualifier de dramatiques, mais qui selon moi, ne sont que des bénédictions camouflées sous un voile de drame.

Le privilège d’une vie, c’est d’être qui vous êtes – Joseph Campbell

Bien que les 3 mots ci-dessus soient tous importants, j’ai expressément mis le mot VOTRE en majuscules.

Pourquoi ? Parce que vous devez suivre non pas l’idée du bonheur de votre voisin, ni celle de votre femme ou de votre mari. Mais la Vôtre.

Celle qui vous donne littéralement des vertiges. Votre « Voyage du Héros ».

C’est cet accident qui m’a vraiment poussé à libérer tout ce qu’il y avait de meilleur en moi. J’ai compris ce message :

« Tu as un énorme potentiel. Tu peux accomplir plus que ce que tu as accompli jusqu’à présent. Ne te laisse plus aveugler par les choses extérieures. Ne laisse pas ton potentiel dormir au fond de toi. Prend les devants et tu verras que quelque chose de merveilleux t’attendra ».

Ça ne s’arrête pas là. Dans la philosophie de Joseph Campbell, il y a un mot tout aussi important : « Suivez ».

C’est un mot puissant qui vous pousse à vous décarcasser, à vous lever de votre siège ou de votre lit confortable, et de tout simplement suivre.

Et vous savez quoi ? Vous avez tort d’avoir peur de sauter dans ce vide qui se présente devant vous. Un film est soporifique si on connaît à l’avance ce qui va se passer. C’est la même chose pour votre vie.

Avant de passer à la grande idée suivante, je vous invite à faire ce petit exercice libérateur :

Exercice : Pensez à tous les évènements négatifs dans votre vie, et soyez reconnaissant pour chacune d’entre elles. Je dis bien : « Chacune d’entre elles ».

Mais ne vous arrêtez pas en si bon chemin. Demandez-vous : « Qu’est-ce que la vie a essayé de me dire à travers ce drame ? »

Enfin, notez bien vos réponses, et prenez des mesures dès aujourd’hui pour avancer vers elles.

  • N’ayez pas peur de sauter dans l’abysse (de suivre votre « voyage du héros »)

Imaginez que vous arriviez tard à un film au cinéma, et que vous vous demandez ce qui s’est passé avant, et ce qui est en train de se passer. C’est la meilleure définition de la vie. Arriver tard à la projection d’un film, et essayer de découvrir ce qui s’est passé.

D’ailleurs, pouvez-vous imaginer une vie où absolument chaque chose se passait comme prévu ? Je ne sais pas pour vous mais je pourrais mourir d’ennui au bout de 3 jours.

Embrassons l’inconnu, l’incertain, et savourons l’excitation qui en résulte !

Je voudrais vous imprimer ces lettres dans votre cerveau tellement elles sont importantes : Ce sont les choses imprévues qui vont vous forger, pas la routine !

D’après vous, que se passe-t-il dans le cœur des bébés tortues qui viennent de naître sur une plage ?

Ils suivent tout simplement leur bonheur. Ils ne se tracassent pas sur ce qui « pourrait » se passer. Ils traversent ces quelques mètres de plage pour atteindre leur bonheur. Point final.

Soyez comme ces bébés tortues. La vie est semée d’embuches (comme la traversée de la plage), mais elle est tellement plus belle et excitante si on suit notre félicité.

  • Ressentez la peur, mais continuez quand même d’avancer !

Ne combattez pas la peur car de toutes manières elle sera plus forte.

Elle est naturelle. Elle fait partie de la vie de chaque être humain. Laissez-la venir en vous, mais allez quand même de l’avant.

Faites mieux : dites à voix haute que vous avez peur. Je m’étonne toujours de voir que les gens n’osent pas exprimer leurs émotions, alors que c’est la première des thérapies.

Vous savez ce qui se passe lorsqu’on essaye de réfréner un processus naturel ? On le renforce, on l’amplifie, on le décuple !

Si vous contenez votre peur, vous la renforcez.

Mais si vous l’embrassez, devinez quoi ? Elle devient gérable, voire excitante !

C’est ce qu’on appelle : l’acceptation active. On accepte toutes les émotions négatives qui pourraient surgir dans votre cœur, mais on fait tout pour avancer.

Tout comme la gravité : allez-vous lutter contre elle ? Bien sûr que non. Depuis votre enfance vous avez accepté sa présence. Vous avez simplement appris à vivre avec, et mieux encore : les Hommes ont été assez inventifs pour créer des moyens de la gérer (avions, fusées, drones, etc.).

Quand on y pense, tout ce que je suis en train de vous raconter se passe automatiquement dans la nature. Mais on est tellement pris et aveuglés par ce train-train quotidien qu’on ne prend pas la peine d’ouvrir les yeux.

Exercice : à partir d’aujourd’hui, quand vous ressentez de la crainte, dites MERCI ! Ensuite, exprimez cette peur (dites à voix haute que vous avez peur). Enfin, poussez-vous à aller de l’avant coûte que coûte !

  • Libérez votre potentiel, ou il vous détruira

Voyons les choses en face : votre potentiel ne va jamais se libérer si vous n’embrassez pas l’incertitude. Votre potentiel a besoin de s’exprimer.

Si vous le faites, il vous pousse vers le haut. Si vous le confinez en vous, il vous détruit.

Un peu comme une arme à double tranchant.

Et vous, comment se présente votre « voyage du héros » cher lecteur ?

Posez-vous la question.

4 Responses to Pourquoi vous devez suivre votre propre « voyage du héros »

  1. Lna janvier 6, 2013 at 8:47 #

    J’ai apprécié cet article.
    « Embrassons l’inconnu, l’incertain, et savourons l’excitation qui en résulte » Séduisante idée …Mais ô combien troublante.

    Que se passe-t-il si l’on est satisfait d’être là où l’on est? Content d’être arrivé là où l’on se trouve (après avoir bataillé certes?)

    Cela signifie-t-il que notre potentiel s’exprime pleinement ou est-ce un leurre?

    Faut-il savourer l’instant présent tant que l’insatisfaction ne nous gagne pas où s’obliger à chercher un nouveau but ?

    • Andry janvier 7, 2013 at 1:40 #

      Bonjour, et merci pour tes questions. C’est un réflexe humain de se trouver de nouveaux buts, de se former de nouveaux « standards »… Nous sommes génétiquement insatiables. Donc, une fois qu’on est satisfait d’être là où on est, on se pousse à aller plus loin (pas forcément dans la même direction mais par exemple dans un autre aspect de sa vie: comme la spiritualité).
      Chaque pas qui vous rapproche de votre but, chaque étape du voyage est une expression de votre potentiel !
      Ensuite, ça peut paraître « new age » mais le potentiel d’un Homme est quasi illimité. Pour preuve, lorsque tu crois en quelque chose, et que tu fais appel à ton potentiel, tu passes à l’action, et tu obtiens des résultats. C’est la raison pour laquelle les riches deviennent plus riches, et les pauvres deviennent plus pauvres.
      Croyances->Potentiel(positif ou négatif)->Actions->Résultats.
      Enfin, c’est une TRES grosse erreur de ne pas savourer l’instant présent même si on n’est pas satisfait de là où on est! La vie est une direction, pas une destination! Donc, savourons CHAQUE instant du voyage, pas seulement l’instant où on est satisfait de soi. Bref, il faut se fixer des objectifs, mais se détacher émotionnellement des résultats!
      Ce commentaire devient très long :), donc je vous conseille de lire mon petit livre « La Pilule de Sérénité » disponible gratuitement en s’inscrivant sur la newsletter. J’en parle plus en profondeur ;)

  2. Vincent décembre 13, 2012 at 8:09 #

    Bonjour Andry,

    Super article, la métaphore avec le bébé tortue est superbe.
    Admettre ses émotions, aller de l’avant, et prendre des RISQUES. Sans Risques aucune innovation (pro/perso etc.), aucune avancée.

    Il n’y a qu’en innovant que l’on peut avancer, il faut juste savoir peser les risques que l’on prend et les prendre, mais jamais au danger de sa vie.

    • Andry décembre 13, 2012 at 5:26 #

      Bonjour Vincent,
      Merci à toi pour ton superbe commentaire! J’apprécie ta façon de tempérer les choses.
      Amicalement,
      Andry

Laisser un commentaire